Fermer

Mes achats

Votre panier est vide.

ApiVita ApiVita

Site web :

L’abeille mellifère sauvage a désormais pratiquement disparu de la biodiversité helvétique. Face à une abondante population sauvage, l’apiculteur pouvait dans le passé se concentrer sur la production du miel et la nature assurait l’adaptabilité de l’espèce aux changements environnementaux. Aujourd’hui, la capacité d’évolution, et donc la survie à long terme de l’espèce, se trouve entre les mains des apiculteurs. ApiVita poursuit les principaux objectifs suivants: 1. La préservation à long terme de l'abeille mellifère par sélection naturelle Seule la sélection naturelle assure à long terme la capacité d'adaptation d'une espèce aux changements environnementaux. Par un élevage pur et exclusif, on l’empêche. 2. La gestion d’une part des abeilles selon les besoins de l’espèce Toute intervention contre la nature en vue d’augmenter le rendement a des effets à long terme sur l'évolution naturelle. Les méthodes pratiquées actuellement par l'apiculture, telles que la superposition des hausses à miel, la propagation artificielle par la création des nucléés, le nourissement au sucre et les divers modes de traitement des maladies et des parasites ne correspondent pas aux besoins fondamentaux de l’espèce. 3. La production de miel durable et de haute qualité Le miel peut être produit de manière extensive, soit plus durablement qu’actuellement pratiqué dans le cadre de l'apiculture traditionnelle. 4. La diversification des modes d'apiculture et ainsi une diminution d’impact La sécurisation de la pollinisation ainsi que de la reproduction peuvent s’effectuer par des moyens beaucoup plus naturels que celles pratiquées par l’apiculture conventionnelle. Il convient de diversifier les méthodes ! 5. Une rémunération équitable de l'apiculture Aujourd’hui, la production de miel est économiquement considérée comme extrêmement inintéressante, voire parfois même négative. L’heure de travail de l‘apiculteur est rémunérée entre CHF -1.50 et CHF +7.80. La majorité des apiculteurs en Suisse s’adonnent à l'apiculture comme hobby. Les heures travaillées sont idéologiquement enregistrées comme "hobby", ou au «service de la nature», en dépit de la pratique de méthodes parfois contre-nature. ApiVita, vise les objectifs secondaires suivants : 1. Une expérience plus large et plus objective pour les apiculteurs Le maintien de certaines colonies à l’état naturel ou proche de la nature (et non pas comme jusqu’à présent presque exclusivement en production intensive), permet à l’apiculteur l’acquisition de nouvelles expériences. Il peut ainsi comparer ses propres abeilles productives et extensives et analyser les différences spécifiques entre les différentes colonies. Cela lui permet un point de vue plus fourni donc objectif sur leur état et le forme à l’analyse de causes et effets, bénéfique à la production durable de miel. 2. Un plus grand intérêt et le soutien des consommateurs Le consommateur définit les incitations à la production durable. On l’informe et on lui remet une quantité appropriée de produits à consommer en bonne conscience. En résumé… Concrètement, l’apiculteur se trouve confronté à un dilemme : soit il superpose une hausse à miel et retarde l’essaimage naturel, soit il laisse essaimer librement et il se trouve face à des colonies (mère, essaim primaire, essaim secondaire) sans provisions suffisantes pour l’hiver, qu’il doit ainsi nourrir artificiellement Et c’est justement en raison de ce dilemme, qu’il convient de diversifier l’apiculture. Avec une partie du cheptel, on peut poursuivre la production du miel de la manière dont on la pratique actuellement et, avec le reste, on entreprend de laisser des abeilles évoluer de manière plus naturelle, de sorte à ce qu’elles puissent poursuivre la sélection naturelle et ainsi laisser à la nature une chance d’évoluer. Le label ApiVita est géré par l'Association FreeTheBees.